Urban Decay, you took my heart


Histoire de la marque

L’histoire d’Urban Decay a débuté il y a 15 ans, quand Sandy Lerner, la fondatrice, a décrété que les couleurs proposées par les marques existantes n’étaient pas assez diversifiées à son goût, c’est pourquoi elle a décidé d’entamer une révolution dans le monde de la cosmétique. Créative, et encouragée par son manager, elle a d’abord créé une gamme de 10 teintes de rouges à lèvres et de 12 nuances de vernis à ongles, suivie par l’arrivée d’ombres à paupières aux noms et couleurs inspirés du paysage urbain américain, par exemple Smog ( = Pollution), Oil Slick ( = Nappe de Pétrole) ou encore Acid Rain (=Pluie Acide). La marque était née…



Les ombres à paupières, les palettes

Avec un grand choix disponible, la marque a su s’imposer sur la marché et rendre certains de ses produits indispensables dans la collection d’une « Make-up addict », parmi lesquels sa poudre matifiante, ses vernis à ongles ou encore ses crayons khôl… Mais le vrai plus de la marque se situe dans le choix de ses couleurs de fards à paupières et ses palettes, qui proposent souvent des couleurs inédites et non disponibles à l’unité. Ci dessus, de gauche à droite, la palette « 15th anniversary », la « Naked » et la « Urban Decay Loves New York », qui font partie des plus grands succès de la marque. J’aime aussi particulièrement la Primer Potion, produit phare de la marque, que j’utilise au quotidien afin de fixer mon maquillage.



Pourquoi choisir Urban Decay ?

  • pour ses couleurs très diversifiées et inédites
  • pour la pigmentation de ses produits et leur longue tenue
  • pour le prix de ses produits de qualité professionnelle, en particulier celui de ses palettes
  • pour le renouvellement permanent des couleurs proposées
  • pour ses packagings particulièrement originaux et ses palettes magnifiques (exemple ci-dessous avec la palette UD Loves NYC)
  • pour son engagement contre la cruauté envers les animaux
  • et pour tant d’autres raisons encore…



Urban Decay et la publicité

Grâce à son slogan Does Pink Make You Puke ? ( = le rose vous rend-il malade?) la marque nous montre clairement qu’elle propose un choix différent concernant ses couleurs, en sortant des sentiers battus; c’est ainsi qu’elle a su s’imposer parmi les plus grands. Avec pour cible les femmes de 15 à 40 ans, la marque propose des couleurs flashy mais aussi des neutres afin de s’adapter à toutes, et toujours dans des packagings originaux (aluminium). C’est aussi grâce à internet que la marque se développe en permanence, notamment grâce à se présence dans les blogs et chaînes beauté. Urban Decay est disponible dans la plupart des Séphora en France, mais aussi sur le site de la marque. Pour finir, ci-dessous une vidéo provenant de la chaîne Youtube de la marque et qui présente sa dernière palette.



Et vous, maquillage plutôt neutre ou coloré ?


3 réflexions au sujet de « Urban Decay, you took my heart »

  1. très sympa la gamme Naked , tendance, agréable et facile à porter pour celles qui n’ont pas l’habitude de se maquiller beaucoup comme moi …

  2. A 100 % neutre !
    J’aime beaucoup cette marque que ce soit côté produit ou design.
    Je suis fan de la Primer Potion que j’ai en teinte orginale et sin et les crayons 24/7 !
    La Naked a des couleurs neutres que j’adore, mais je trouve les fards trop poudreux et je l’ai abandonné à mon grand regret…
    Je n’ai pas testé la poudre qui est un must-have paraît-il. Je suis toujours à la recherche de la poudre miracle, j’avais la HD de Mufe mais trop desséchante et blafard. Qu’a-t’elle de plus que les autres ?

    • Je possède la Razor Sharp, et honnêtement je l’aime bien mais beaucoup moins que la HD (par contre j’ai la peau mixte et donc pas de soucis de sécheresse avec la poudre). La Razor Sharp est plus facile à utiliser, elle n’est pas blanche mais légèrement colorée, et fait donc moins cet effet « blafard » si on a la main un peu trop lourde. Par contre je n’aime pas du tout son packaging qui n’est pas du tout pratique selon moi, et j’ai donc transvasé la poudre dans un autre pot, mais surtout je trouve son rendu moins naturel que celui de la HD, et je trouve que la Razor Sharp tient moins longtemps aussi… En gros pour moi il n’y a pas photo, c’est la HD qui l’emporte, mais encore une fois je n’ai pas la peau sèche ou sensible.

      Pour les fards UD, c’est vrai qu’ils sont très poudreux et font beaucoup de chutes, quelques petites astuces pour limiter les dégâts:
      – tapoter le pinceau (sur la palette, le lavabo…) avant d’appliquer la matière sur la paupière, ça n’enlève que très peu de couleur et il y a beaucoup moins de chutes
      – se faire le teint après les yeux
      – prendre un morceau de scotch que l’on colle et décolle plusieurs fois sur la main afin d’enlever une grande partie de l’effet collant, puis tapoter sur les chutes (cette technique est top pour les paillettes notamment)
      – mettre une grande quantité de poudre libre sous l’œil avant de commencer la maquillage des yeux, et à la fin du maquillage « balayer » légèrement sous l’œil à l’aide d’un pinceau éventail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>